Actualité Mondiale: L'électricité manque toujours à Gaza

Posté par: Visiteursur 21-08-2007 12:54:33 1055 lectures La bande de Gaza continuait de souffrir lundi d'importantes coupures de courant après l'arrêt de l'unique centrale électrique du territoire, une nouvelle source de conflit entre les islamistes du Hamas et le gouvernement palestinien de Salam Fayyad.

Dans de nombreuses localités, en particulier dans la ville de Gaza, les générateurs privés fonctionnent à plein régime dans les maisons et commerces pour préserver les stocks de produits frais.


Au coucher du soleil, les lampes à gaz et les bougies sont allumées. "Notre vie devient de plus en plus difficile. Les frontières sont fermées, il n'y a plus de travail, et maintenant on nous coupe l'électricité. Demain, on va nous couper les aides", affirme Oum Jaber, 40 ans, habitante de Gaza.

Le terminal de Nahal Oz, o√Ļ transite le fioul alimentant l'unique centrale qui fournit entre 25 et 30% de l'√©lectricit√© de la bande de Gaza, a √©t√© ferm√© jeudi "pour des raisons de s√©curit√©" par les autorit√©s isra√©liennes.

Trois générateurs ont en conséquence cessé de fonctionner vendredi, et le dernier a été mis à l'arrêt dimanche, a indiqué le directeur de la centrale, Rafik Maliha. L'Union européenne, qui finance l'achat de ce carburant, a cessé ses paiements à la compagnie privée israélienne Dor Alon, qui approvisionnait la bande de Gaza.

"Nous avons temporairement suspendu (le financement de) la fourniture de fioul pour des raisons de sécurité", a déclaré dimanche soir à Bruxelles Antonia Mochan, porte-parole de la Commission européenne.

Avant le coup de force du 15 juin, qui a permis au Hamas de prendre le contr√īle du territoire de Gaza, les Palestiniens payaient leur facture d'√©lectricit√© √† leur compagnie publique, qui reversait ensuite ces sommes au minist√®re palestinien des Finances.

Depuis leur prise du pouvoir, a assuré un haut responsable palestinien du gouvernement de Salam Fayyad, rival du Hamas, les islamistes ont remplacé le directeur de la compagnie, accusé de corruption, et ont cessé de reverser cet argent aux autorités de Ramallah (Cisjordanie).

L'UE, qui considère le Hamas comme une organisation terroriste, effectue actuellement une "évaluation sécuritaire" de l'approvisionnement en carburant qui devrait prendre "de 24 à 48 heures", a indiqué Alix De Mauny, porte-parole de la Commission européenne à Jérusalem.

"Nous espérons ensuite reprendre le financement (de l'approvisionnement), mais cela dépendra du résultat de cette évaluation", a-t-elle ajouté. Pendant ce temps, les islamistes et le gouvernement de M. Fayyad s'accusent mutuellement d'avoir provoqué les coupures d'électricité, devenues une nouvelle pomme de discorde entre eux.

"Durant des semaines nous avions prévenu que Gaza serait plongée dans l'obscurité si le Hamas persistait à conserver les millions collectés auprès de la population et à les distribuer à la Force exécutive (sa police, ndlr)", a affirmé le ministre de l'Information Riyad al-Malki, depuis Ramallah.

Le Hamas a immédiatement riposté en tenant une conférence de presse à Gaza. "Ils (les fidèles du président palestinien Mahmoud Abbas) ont accusé la Force exécutive de récupérer l'argent par la force pour servir ses propres intérêts, et ont accusé le Hamas d'utiliser l'argent de la compagnie (d'électricité) pour financer la résistance: tout cela vise uniquement à inciter les Européens à interdire l'approvisionnement en carburant", a affirmé Yahya Moussa, un député du Hamas.

Depuis le 15 juin, le Hamas accuse régulièrement M. Abbas et le gouvernement de Salam Fayyad de pousser la communauté internationale à exercer des pressions afin qu'il renonce au pouvoir à Gaza.

AFP